Téléphonez-nous au 514-884-9838

Blog

HomeDesigner IntérieurCOMMENT FAIRE UNE CUISINE PLUS ÉCOLOGIQUE ET DURABLE

COMMENT FAIRE UNE CUISINE PLUS ÉCOLOGIQUE ET DURABLE

Nous vivons dans un monde en continuel changement en ce qui concerne le design et notre façon de vivre. L’enjeu principal de plusieurs domaines importants et prédominants dans notre société est la question de la durabilité et de l’environnement. Comment améliorer notre domaine pour qu’il soit plus en cohésion avec la nature? Comment fournir un effort pour améliorer notre empreinte écologique? Ce sont des questions dont nous entendons de plus en plus parler dans la société. Le monde de la rénovation n’y échappe pas! C’est important de se questionner sur la durabilité et le rapport avec l’environnement pour l’espace dans lequel nous vivons. Cet article traitera donc de la façon de rendre une cuisine plus écologique et durable. Une question à se poser lors de la décision de votre rénovation de cuisine, qui est une pièce importante de la maison.

FAIRE UNE CUISINE PLUS ÉCOLOGIQUE EN CONSIDÉRANT LES 3R

Mélanie Olmstead Photographe

La clé est de commencer notre processus de design et rénovation avec le concept des 3R : réduire, recycler et réutiliser. Il faut qu’on se pose la question : qu’est-ce que je peux réutiliser ou recycler dans ma cuisine actuelle? Il peut y avoir plusieurs réponses à cette question si on laisse un peu aller notre imagination. Une bonne forme de réutilisation est d’utiliser une partie des cabinets pour faire une salle de lavage ou une salle de rangement par exemple. Repeindre l’îlot, s’il est toujours en bon état, pour lui donner une nouvelle vie et l’agencer avec le nouveau style de la cuisine. Cela dépend toujours de l’état dans lequel est notre cuisine actuelle, mais parfois repeindre les cabinets et remplacer les poignées et les comptoirs est bien assez pour donner une nouvelle vie à cette pièce.

Pour le recyclage, on peut s’informer si les matériaux de notre cuisine actuelle peuvent être démontés et recyclés d’une quelconque façon. Il y a plusieurs matériaux qui sont facilement recyclables, notamment le verre, qui est utilisé pour les comptoirs et dosserets, le MDF qu’on utilise dans la fabrication des cabinets ou encore l’aluminium, que l’on retrouve de plus en plus dans les accents de la cuisine. Cependant, pour pouvoir bénéficier du recyclage du matériau, il est important que celui-ci soit séparé des autres matériaux qui en font son tout. Ceci sera discuté plus amplement plus bas dans la section concernant l’assemblage.

Le troisième R, réduire, est plutôt utilisé dans la conception de la cuisine. Essayer d’être plus efficace et ergonomique dans la conception de nos plans peut nous donner la possibilité de réduire le nombre de cabinets nécessaires à fabriquer, par exemple.

 FAIRE UNE CUISINE PLUS ÉCOLOGIQUE EN CONSIDÉRANT LES MATÉRIAUX

Mélanie Olmstead photographe

Au Québec, nous sommes chanceux de bénéficier de plusieurs compagnies de matériaux qui mettent le développement durable de l’avant. Un bon exemple est Uniboard, une compagnie de mélamine, MDF et stratifié, qui tient à cœur une bonne politique environnementale. Les produits de Uniboard sont d’une belle qualité pour la conception d’une cuisine, et permettent d’accumuler des points pour obtenir une certification LEED, ce qui est important lorsqu’on veut aller de l’avant avec une rénovation ou une nouvelle construction écologique et durable. Il y a certaines des mélamines de Uniboard qui proviennent de matériaux recyclés, et qui sont aussi recyclables. Cette compagnie a des produits accessibles et abordables, qui sont de bonne qualité, ce qui en fait un choix de premier rang pour une rénovation de cuisine.

Pour continuer sur cette lancée, il est important de s’attarder un peu plus sur le matériau MDF que Uniboard produit. Ils ont une gamme de produits dans la section NU Green pour du MDF écologique. D’abord, il est fait de MDF recyclé. Cette matière est faite de particules de bois compressées ensemble pour donner un matériau de fibres à moyenne densité, ce qui le rend justement facile à recycler et à réutiliser. Il est très populaire et de parfaite qualité pour faire des meubles sur mesure, des plinthes, des moulures et plus encore. Un autre atout du MDF de Uniboard est que la résine (colle) utilisée pour sa fabrication n’est pas à base de formaldéhyde, un gaz qui est souvent émis par certains matériaux de construction, ce qui le rend plus écologique que certains compétiteurs. Cela le rend aussi plus près des émissions que le bois émet dans la nature, ce qui nous est plus profitable.

D’autres matériaux peuvent être considérés pour avoir une cuisine plus écologique et durable. Le verre recyclé est une option intéressante dont les gens ne sont souvent pas à l’affût. Le verre recyclé peut être utilisé pour faire des comptoirs et dosserets dans la cuisine. Il s’agit d’une option intéressante, durable et bonne pour le portefeuille en plus. Les comptoirs de quartz sont aussi une belle option puisqu’ils sont sourcés localement au Québec et sont de très bonne qualité. Attention de ne pas les confondre avec les quartz de Chine cependant. Ces derniers sont de moins bonne qualité, moins durables, et proviennent de beaucoup plus loin. Ils sont moins dispendieux, mais avec raison!

Le dernier matériau dont je vais parler ici est le bioplastique. Il s’agit d’une forme de polymère, fait à partir de plantes ou autres matières naturelles. C’est une matière qui est  renouvelable et biodégradable. Pour l’instant, ce matériau est surtout utilisé pour de petits objets comme de la vaisselle et des ustensiles. Cela en fait le parfait produit à utiliser dehors l’été, vu sa nature plus résistante. Le bioplastique est beaucoup étudié et mis à l’essai. Je ne serais pas surprise de voir des cabinets de cuisine dans ce matériau arriver sur le marché dans un avenir proche.

FAIRE UNE CUISINE PLUS ÉCOLOGIQUE EN CONSIDÉRANT LA PROVENANCE DES MATÉRIAUX

Magalie Boulerice photographe

 Si l’on veut faire des choix conscients, il faut peut-être oublier Amazon et Wayfair et plutôt encourager des compagnies d’ici. Cependant, il faut toujours faire attention lorsqu’on choisit le local. Un matériau peut avoir été sourcé ici, mais avoir été envoyé dans un autre pays pour être traité ou transformé. Il est bon de double vérifier et effectuer des recherches plus approfondies si nous avons la conscience environnementale à cœur.

Un bon exemple est le Dekton, qui est plus écologique lors de sa production. Le Dekton est aussi plus résistant et plus durable à long terme. Il faut toutefois tenir compte du fait qu’il est produit en Europe. Ainsi, il faut évaluer s’il est toujours plus écologique avec la trace qu’il laisse lors du transport, comparativement à un produit comme le verre recyclé ou le quartz qui pourrait être produit et transporté ici même, au Québec. Cependant, de plus en plus de compagnies sont conscientes que le choix environnemental et local intéresse de plus en plus de clients. Beaucoup trouvent aussi des façons de réduire leur empreinte écologique. Il est donc souvent facile de retrouver sur leurs sites quels éléments ou matériaux favorisent l’environnement, le développement durable ou l’achat local. Uniboard par exemple, est fait ici au Québec et a tout un onglet sur leur site internet parlant de leur aspect écologique et durable.

Bref, la clé est de regarder les matériaux que l’on choisit sous plusieurs aspects pour faire un choix judicieux, écologique et durable. Non seulement il faut regarder de quoi il est fait, mais aussi d’où il vient et où il est assemblé, la consommation reliée à celui-ci, son déplacement, etc. 

FAIRE UNE CUISINE PLUS ÉCOLOGIQUE EN CONSIDÉRANT L’ASSEMBLAGE

Magalie Boulerice photographe

 Pourquoi parler de l’assemblage des matériaux ici? Parce qu’il peut être un élément clé lors de la conception d’une nouvelle cuisine écologique et durable auquel nous ne pensons pas nécessairement. L’assemblage devrait toujours être pensé pour le désassemblage. En effet, si la conception des cabinets était pensée ainsi, il serait plus facile de changer des éléments de la cuisine et de recycler chaque partie séparément. Souvent, on ne peut pas séparer les différentes composantes, donc on démolit le tout et cela se retrouve aux poubelles, alors que plusieurs de ces composantes auraient pu être recyclées de différentes manières.

De plus, un autre point à considérer lors de l’assemblage pour une cuisine durable est que ce soit flexible, pour que l’on puisse s’adapter aux changements technologiques, culturels et fonctionnels. Dans un monde idéal, la plomberie et l’électricité auraient des accès faciles pour ne pas avoir à démolir des murs ou cabinets lorsque vient le temps de faire des changements ou réparations à ce niveau. Par exemple, avoir des panneaux amovibles permettrait un accès plus facile à ces parties cachées, mais essentielles, d’une cuisine et d’une maison.

FAIRE UNE CUISINE PLUS ÉCOLOGIQUE EN CONSIDÉRANT LA CONSOMMATION

Mélanie Olmstead Photographe

 Lorsque vient le temps de créer une cuisine écologique et durable, la consommation est une question très importante à aborder. La consommation d’énergie peut être contrôlée avec le choix d’éclairage et le choix des électroménagers. Choisir des lumières encastrées DEL, qui consomment beaucoup moins, est un choix judicieux. La consommation des électroménagers peut être contrôlée dans le choix de ceux-ci et dans l’utilisation. Une plaque à induction consomme environ 20% moins d’énergie qu’une plaque de cuisinière traditionnelle. L’emplacement de la cuisine dans la maison et de ses fenêtres pour avoir de la lumière naturelle peut nous permettre de ne pas allumer les lumières durant la journée, ce qui peut engendrer une différence significative à long terme pour la consommation d’électricité. Ce sont de petits gestes comme cela qu’on pose tout au long de la conception qui auront un impact sur notre consommation d’énergie.

FAIRE UNE CUISINE PLUS ÉCOLOGIQUE EN CONSIDÉRANT LES ACCESSOIRES

Magalie Boulerice photographe

 S’il y a un aspect de la rénovation d’une cuisine où il est facile de faire des choix écologiques et locaux, c’est bien dans les accessoires! Au Québec, nous avons la chance d’avoir une panoplie de fournisseurs qui offrent des choix intéressants, que ce soit des luminaires, des tabourets, des tables, en passant par les couverts et les textiles. Choisir local est déjà un pas vers un choix écologique comme le transport est moins long.

De plus, lorsque l’item vient d’ici, nous savons que les conditions de travail de la personne qui a fait l’objet sont nettement meilleures que si celui-ci provient d’un pays qui sous-paye ses employés ou encore fait travailler des enfants. Un bon exemple écologique pour les tabourets de comptoir-lunch est de choisir quelque chose dont le tissu est recyclé, ou fait d’un faux cuir en plastique recyclé.

Il y a aussi quelques artisans québécois qui travaillent le verre recyclé, ce qui peut être une belle option pour avoir des luminaires originaux. Attention d’utiliser des ampoules qui ne consomment pas beaucoup par contre! Boutiverre est un exemple de compagnie qui travaille le verre recyclé. On peut retrouver leurs produits directement sur leur site ou encore dans la section Vision et Artisan d’ici du site Maison Simons. C’est une très belle initiative de cette compagnie québécoise qui regroupe beaucoup d’items pour la maison sourcés localement et qui ont une vision écologique. On retrouve aussi sur leur site certains produits de Luminaire Authentik, une autre compagnie de luminaires fabriqués au Québec, qui sont très tendance en ce moment dans les rénovations de cuisine.

Pour conclure, cet article a traité des certains principes pour effectuer une rénovation de cuisine qui est plus durable et écologique. Utiliser la règle des 3R (récupérer, recycler et réduire) vous permettra de vous approcher de ce but. Le choix des matériaux et leur provenance aura également un grand impact sur la durabilité ainsi que sur le côté écologique de votre cuisine. N’oubliez surtout pas de réfléchir à la consommation énergétique de votre cuisine, et de choisir des accessoires décoratifs locaux afin de compléter un tel projet. Gardez aussi en tête que ces principes peuvent être utilisés dans l’ensemble de la maison. Le tout ne doit pas s’arrêter à la cuisine! Cela peut même nous amener à réfléchir sur d’autres concepts, comme les toits verts, qui sont favorables pour réguler la température de la maison, qui combattent les îlots de chaleurs, et pourquoi pas, nous permettent de faire pousser des légumes, qui seront ensuite consommés dans notre cuisine!

POST A COMMENT