Téléphonez-nous au 514-358-5640

JESSICA DANS LES MÉDIAS

DÉCO RIDEAU !

À moins qu’ils n’habitent dans les bois ou si haut qu’il n’y a que les oiseaux pour jeter un œil indiscret dans leur demeure, la plupart des gens tiennent à habiller leurs fenêtres. Et ils ont l’embarras du choix pour le faire. Voyons ce qui s’offre à eux.

UN DOSSIER DE CHRISTIANE DESJARDINS

PRATIQUES ET ESTHÉTIQUES

Ils préservent notre intimité, filtrent les rayons du soleil et peuvent même dans certains cas atténuer le bruit et le froid. Les rideaux et les stores sont pratiques, mais on les veut aussi esthétiques. Comment choisir ?

Pour Michelle Levasseur, qui se spécialise depuis 30 ans en habillage de fenêtres sur mesure, le choix des rideaux, c’est une question « de goût, de configuration des lieux et, bien sûr, de budget ».

« Chaque cas est particulier, et la limite, c’est le budget. On peut avoir de bons stores, et on peut en avoir des cheaps. On peut faire de beaux rideaux avec du tissu à 300 $ le mètre, et on peut en faire de très beaux aussi avec du tissu à 20 $ le mètre », illustre la créatrice de Confection ML. Mme Levasseur conseille les acheteurs, vend des stores et des toiles solaires, et confectionne elle-même rideaux et tentures dans son commerce, à Laval.

Ce qui est tendance actuellement, c’est ce que Mme Levasseur appelle le « mur à mur, plafond-plancher ». Autrement dit, le rideau couvre tout un pan de mur. C’est souvent un voilage qu’on pose sur une tringle à rideaux ondulés, connue sous son appellation anglaise, le ripple fold. C’est simple et léger, mais l’effet est spectaculaire, comme on a pu le constater chez une cliente de Mme Levasseur, dans Ahuntsic.

« Avoir du voilage partout, ça donne un look urbain, c’est très chic. Ça habille et ça déshabille en même temps. »

— Michelle Levasseur, spécialiste en habillage de fenêtres

Le rideau est plus ou moins ondulé, selon la quantité de tissu qu’on a choisie. On parle ici en termes d’ampleur de 60 %, 80 %, 100 % ou 120 %. Pour un beau résultat dans un voilage, Mme Levasseur conseille le 120 % ou, au minimum, le 100 %, c’est-à-dire de deux à deux fois et demie la largeur de fenêtre. Pour un tissu plus épais, on optera pour un pourcentage plus bas, dit-elle.

Du côté de la finition, pour l’ourlet du bas d’un voilage, Mme Levasseur préfère de loin le fil de plomb. Celui-ci ne laisse paraître aucun rebord, tout en assurant une belle tombée au tissu. Et tant qu’à être rendu au sol, mettons une chose au clair : les rideaux qui traînent à terre, c’est out. Idéalement, ils devraient s’arrêter à une distance d’un huitième de pouce à un demi-pouce du sol.

OPACIFIER

Le voilage, c’est magnifique, mais le soir, on peut voir au travers quand les lumières intérieures sont allumées. Certains ne s’en formalisent pas, mais pour ceux qui veulent une complète intimité, il y a toujours moyen de mettre un store derrière, qu’on abaisse le soir. Il peut même être motorisé, ce qui est très pratique quand la fenêtre est immense, difficile d’accès, ou qu’il y en a plusieurs dans la même pièce.

Une autre option est d’installer une seconde tringle, pour mettre une doublure derrière le voilage. Le jour, la doublure reste sagement plissée de chaque côté, et le soir, on la tire derrière le voilage. Ainsi, le bel effet du voilage demeure en tout temps quand on entre dans la pièce, résume la conseillère.

Il est à noter que pour une chambre, on préférera souvent une doublure obscurcissante, surtout si on aime faire la grasse matinée.

OSER LA COULEUR… OU PAS

Selon Jessica Locas, designer d’intérieur, le store alterné, avec son look moderne et urbain, a encore la cote. Son côté pratique est indéniable. Il permet de calibrer la luminosité le jour et assure une complète intimité le soir, par un simple mouvement de corde qui superpose ou décale les lamelles horizontales.

Les toiles solaires sont aussi une belle avenue pour ceux qui veulent atténuer les rayons trop ardents du soleil. On les choisit avec une texture qui ressemble au lin, pour un look moins commercial, conseille la designer.

Mme Locas recommande des couleurs neutres et assez claires, pour les toiles, afin que l’intérieur reste lumineux : blanc, crème, taupe, gris… « Si on veut s’amuser, on peut le faire avec les rideaux, précise-t-elle. Ils ajoutent de la richesse à la pièce. »

Cette année, les couleurs foncées et vibrantes reviennent en force. Des rouges, des bleus et des verts profonds, explique Mme Locas. Même la rouille, couleur plus osée, est de retour.

Côté matière, on le sait, le velours est omniprésent sur les podiums tout comme dans le design d’intérieur.

« La décoration est souvent en lien avec la mode des vêtements. »

— Jessica Locas, designer d’intérieur

La mode vient et va selon l’air du temps. On n’a qu’à penser aux rideaux des années 50 et 60 avec leurs motifs géométriques. « Ça revient, mais modernisé, avec des couleurs différentes. Ce n’est jamais tout à fait pareil », explique Mme Locas.

HABILLER SES FENÊTRES SANS SE TROMPER

Vous ne savez pas comment choisir votre parure de fenêtre ? Voici quelques pistes pour vous guider.

Contraintes d’habillage de fenêtres

Dans la « vraie vie », il faut tenir compte de certaines contraintes quand on choisit des parures de fenêtres. Elles peuvent prendre la forme d’un radiateur électrique sous la fenêtre, d’un manque d’espace pour fixer la tringle, d’une forme de fenêtre qui ne convient pas. À ce sujet, attention aux fenêtres oscillantes qui s’ouvrent vers l’intérieur, prévient Michelle Levasseur.

Entretien

Au moment de faire son choix, il faut aussi penser à l’entretien. Le voilage a beau être léger, s’il couvre un pan de mur entier, sans interruption, il n’entrera jamais dans une machine à laver, ni même dans le bain. C’est pourquoi Mme Levasseur préfère faire des lèses, en faisant arriver le raccord devant un meneau, et non en plein milieu d’une fenêtre. Habituellement faits en tissu synthétique, les voilages sont lavables. On les sort de la laveuse dès que le cycle est terminé, et on les accroche à leur place pour les sécher. Pas de sécheuse, conseille Mme Levasseur.

La belle invention… démodée !

Vous vous souvenez des stores verticaux ? Ils ont eu la cote dans les années 80 et au début des années 90. On pouvait régler à volonté leur degré d’ouverture, ils étaient extrêmement faciles d’entretien et on trouvait des pièces de rechange facilement. Ils sont passés de mode, mais pour l’aspect pratique, ils sont difficiles à battre.

À l’horizontale

Les stores horizontaux : on les a aimés, certains les aiment encore, mais on aime moins les laver. Quelle corvée, surtout quand les lames sont étroites ! Ils sont comme des aimants à poussière, et ça paraît, surtout pour les plus foncés.

Les toiles solaires

On les aime pour filtrer le soleil, et elles sont offertes en différents niveaux d’opacité : 1 % signifie qu’elles ne laissent passer que 1 % de la lumière. Le 5 % est bon pour un léger problème de soleil. Le 10 % est encore plus transparent. Attention : les toiles solaires foncées sont encore plus transparentes que les pâles.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.

Designer intérieur Montréal, Designer intérieur Rive-Sud

Designer intérieur Montréal : Verdun, île des Sœurs, Lasalle, Saint-Henri, Rosemont, Hochelaga, Pointe-aux-trembles, Anjou, Montréal-Nord, Ahuntsic, Saint-Laurent, Westmount, Côte Saint-Luc Designer intérieur Rive-Sud : Longueuil, Chambly, Brossard, Saint-Lambert, Boucherville, Saint-hubert, La Prairie, Sainte-Catherine, Saint-Constant, Chateauguay, Saint-Bruno

Sorry, the comment form is closed at this time.